AFDIDDRI

Accueil > Le numérique dans quatre domaines urbains > Stimuler le développement économique local > Définir une feuille de route pour accélérer le développement économique (...)

Stimuler le développement économique local


Étape 5

Définir une feuille de route pour accélérer le développement économique local

Objectif

Les autorités locales ont intérêt à se positionner avant tout en tant que facilitatrices, médiatrices et promotrices de dynamiques tierces.

Parmi les actions plus pérennes, et afin de passer à l’échelle, l’offre d’espaces de travail dédiés à l’innovation numérique est un enjeu premier. Dans un contexte de ressources financières souvent limitées, elles peuvent commencer à encourager l’émergence de tiers-lieux Tiers-lieux Correspondent aux environnements sociaux autres que le domicile et le travail. Ce sont espaces physiques où les individus peuvent se rencontrer, se réunir et échanger de façon informelle en répondant aux besoins d’une communauté présente. Chaque tiers-lieu a une personnalité qui lui est propre, en fonction de sa localisation et de la communauté qui y est présente. Les espaces de coworking sont ainsi des tiers lieux spécifiques. (coworking Coworking Type d’organisation du travail qui regroupe deux notions : un espace de travail partagé et un réseau de travailleurs (communauté) encourageant l’échange et l’ouverture. Les espaces de coworking sont considérés comme des tiers-lieux. ) ou la création de pôles d’activités innovantes (potentiellement en lien avec les structures de formation) qui sont portées par des acteurs tiers (entreprises et banques locales) engagés dans le numérique. Par ailleurs, la simple mise à disposition par une municipalité de locaux, équipés et connectés, sous la forme d’espaces de travail collaboratif peuvent également être une première étape simple et peu coûteuse pour faciliter les conditions de travail, les rencontres, l’émulation collective et donc la structuration de l’écosystème numérique local.

Enfin, les autorités locales disposant de ressources financières plus fortes pourront contribuer à financer certains bâtiments dédiés à l’innovation (incubateurs Incubateurs Structure d’accompagnement de projets de création d’entreprises. Elle apporte un savoir-faire, un réseau et des moyens logistiques lors des premières étapes de la vie de l’entreprise. À la différence d’une pépinière d’entreprises ou d’un hôtel d’entreprises, un incubateur s’adresse à des sociétés très jeunes ou encore en création.
Les incubateurs peuvent se différencier par les services qu’ils proposent, leur caractère lucratif ou non, ou encore le type de projets qu’ils ciblent.
Depuis le milieu des années 2000, sont apparus les « incubateurs de deuxième génération » ou accélérateurs qui proposent des aides à la création d’entreprise en échange d’actions dans la société incubées.
ou accélérateurs) et/ou l’offre associée de services aux start-up Start-up Désigne une jeune entreprise à fort potentiel de croissance. Ces entreprises développent une idée, un produit, un modèle économique ou une technologie innovante et ambitieuse qu’elles se proposent de déployer très rapidement à très grande échelle. Elles ne sont pas forcément des entreprises technologiques. .

Dispositifs d’innovation économique locale pour le numérique
Dispositifs d’innovation économique locale pour le numérique +
d'après Roland Berger, 2017

Des événements ponctuels peuvent également permettre aux autorités locales de mobiliser leur écosystème sur des questions ou problèmes spécifiques. Souvent organisés sous la forme de concours d’innovation (hackathon Hackathon Contraction de « hacker » (bidouiller) et « marathon ». Événement organisé sur une courte période où des développeurs, designers et entrepreneurs se réunissent autour d’un problème défini pour produire par équipe des propositions de solutions numériques. On parle de « datathon » quand l’exercice est réalisé autour de bases de données. par exemple), ces dispositifs permettent à une autorité locale, éventuellement en partenariat avec des entreprises privées traditionnelles, de sélectionner les innovations qu’elle souhaite soutenir et les modalités de cet accompagnement. Il peut s’agir d’une étape préliminaire à l’intégration d’un incubateur, de la remise d’un prix pour que l’entreprise se développe, ou encore de l’accompagnement sous la forme de bootcamps Bootcamps Inspirés des camps d’entraînement militaires américains et parfois appelés « start-up week-end », ce sont des sessions de coaching et d’apprentissage intensifs de quelques jours entre pairs, destinées à accélérer les projets entrepreneuriaux.

, de formation ou de mentoring Mentoring Le mentorat en français est une relation de transmission, de transfert de savoirs, savoir-faire et savoir-être entre une personne qualifiée et d’expérience avec une autre qui souhaite renforcer ses compétences. Il peut s’effectuer de manière informelle ou dans le cadre d’un programme organisé, il s’inscrit dans le temps long et n’est a priori pas rémunéré. Le coaching est un peu différent : il s’agit plutôt d’accompagner la personne à trouver ses propres réponses dans une démarche personnelle. Le coach n’a pas nécessairement besoin d’être expert du projet. sur la période de développement de l’innovation.

En pratique

Définir une feuille de route pour encourager l’usage du numérique dans le développement économique local

Lister les contraintes principales au développement de start-up Start-up Désigne une jeune entreprise à fort potentiel de croissance. Ces entreprises développent une idée, un produit, un modèle économique ou une technologie innovante et ambitieuse qu’elles se proposent de déployer très rapidement à très grande échelle. Elles ne sont pas forcément des entreprises technologiques.

  • Ressources humaines : y a-t-il un manque de compétences en développement, en méthodologies innovantes, en design utilisateur, en conception de produit commercial ?
  • Ressources techniques : les équipements en ordinateurs, les espaces de travail, ou la connectivité sont-ils insuffisants ? Les données sont-elles assez disponibles ?
  • Ressources financières : les entrepreneur·es peinent-ils à entrer en relation avec les banques et les investisseurs, à rendre leurs produits attractifs et crédibles auprès des financeurs ?
  • Ressources administratives et gestionnaires : les procédures sont-elles trop longues, complexes et contraignantes ou inadaptées à l’innovation numérique ?

Délimiter des modalités favorables à l’innovation

Si le but est d’accompagner l’émergence de start-up Start-up Désigne une jeune entreprise à fort potentiel de croissance. Ces entreprises développent une idée, un produit, un modèle économique ou une technologie innovante et ambitieuse qu’elles se proposent de déployer très rapidement à très grande échelle. Elles ne sont pas forcément des entreprises technologiques. , faut-il privilégier :

  • d’offrir des lieux et conditions de travail et de collaboration ;
  • de faciliter les démarches de création d’entreprise ;
  • de s’assurer de la mise à disposition de données valorisables ;
  • des appels à projets accompagnés de subventions ou investissements d’amorçage ?

Si le but est de renforcer un écosystème existant et de pérenniser les débouchés, faut-il mettre l’accent sur :

Initiative

DataCity : dispositif d’innovation ouverte
Casablanca, Maroc

Une commune oriente l’innovation vers la résolution des problèmes publics urbains.

En 2017, la ville de Casablanca s’est associée avec l’entreprise NUMA pour mettre en place l’initiative DataCity, déjà expérimentée à Paris en 2015. Il s’agit d’un programme d’innovation ouverte de neuf mois concernant les problèmes et défis urbains de la municipalité pour une recherche concrète de solutions sur site.

#DataCity

Les solutions proposées ont été prototypées par des start-up Start-up Désigne une jeune entreprise à fort potentiel de croissance. Ces entreprises développent une idée, un produit, un modèle économique ou une technologie innovante et ambitieuse qu’elles se proposent de déployer très rapidement à très grande échelle. Elles ne sont pas forcément des entreprises technologiques. , en collaboration avec les partenaires du programme (RATP Dév, Casa Tram, Inwi, Lydec, Michelin, LafargeHolcim, ville de Casablanca). Dans une logique de co-construction avec la municipalité de Casa, ces derniers ont mis à disposition des données et des expertises internes, ainsi que des terrains d’expérimentations concrets.

Le programme a permis de créer des opportunités de partenariats commerciaux à moyen terme entre entreprises et start-up Start-up Désigne une jeune entreprise à fort potentiel de croissance. Ces entreprises développent une idée, un produit, un modèle économique ou une technologie innovante et ambitieuse qu’elles se proposent de déployer très rapidement à très grande échelle. Elles ne sont pas forcément des entreprises technologiques. . La propriété intellectuelle des solutions développées reste aux mains des start-up afin que celles-ci soient les premiers bénéficiaires du programme.

Huit start-up marocaines ont été sélectionnées, dont par exemple, Kezakoo qui développe des supports de formation à destination des applicateurs du bâtiment pour accompagner la montée en qualité de la construction à Casablanca.

https://casablanca.datacity.world/

À retenir

  • Avec peu de moyens, la municipalité peut être au cœur d’une démarche partenariale associant startup, entreprises et habitants.
  • Sur une durée de neuf mois, l’autorité locale entre dans une logique de stimulation de l’économie locale.

Faire une remarque aux auteursFaire une remarque aux auteurs

Imprimer

Partagez : Linkdin Google + Twitter Facebook