AFDIDDRI

Accueil > Les enjeux du numérique pour les autorités locales > Définir une feuille de route pour passer à l’échelle

Les enjeux du numérique pour les autorités locales

Étape 5

Définir une feuille de route pour passer à l’échelle

Objectif

Formaliser une feuille de route pour passer à l’échelle en tenant compte de ses ressources (humaines et organisationnelles).

Le numérique n’est pas le cœur de métier des autorités locales, même si elles sont légitimes pour définir les orientations politiques et territoriales. La réalisation des nouveaux services numériques peut être plus efficiente si elle est réalisée par des spécialistes. Cependant, il revient à l’autorité locale de faire des choix stratégiques à la lumière de ses besoins et ressources internes et sur la base d’actions pilotes (étape précédente) de chercher à passer à l’échelle en généralisant ou dupliquant les actions testées.

Nous traitons ici de la manière dont l’autorité locale peut affirmer son leadership numérique, en définissant des normes et priorités qui orienteront et encourageront les initiatives numériques portées par les acteurs de l’écosystème numérique local. La démarche de construction des capacités numériques propres à l’autorité locale est traitée dans la partie C.

Faire des choix dans les « couches » de la ville intelligente

Les outils et solutions numériques sont loin d’être uniformes : des drones perfectionnés à une page sur un réseau social, les raisons d’y recourir, les modes d’utilisation et les impacts varient. C’est en fonction de l’usage que l’on souhaite en faire qu’il faut choisir une solution numérique : il est donc important d’établir un panorama rapide des types d’infrastructures et d’outils existants avant de les sélectionner en fonction du niveau de maturité numérique du territoire, du type d’approche, et de résultats espérés, et des capacités financières d’investissement et de gestion par l’autorité locale.

Les « couches » de la ville numérique
Les « couches » de la ville numérique +
D’après la Banque interaméricaine de développement, 2016, et la Banque mondiale, 2016
Questions clés

Identifier les outils les plus adaptés en fonction des capacités et des objectifs fixés

À partir du schéma, choisir un ou plusieurs outils numériques abordables que l’autorité locale peut encourager (faire faire) ou développer directement.

Les « couches » de la ville numérique
Les « couches » de la ville numérique +
D’après la Banque interaméricaine de développement, 2016, et la Banque mondiale, 2016

Endosser ses responsabilités par des actions et des règles du jeu claires

L’autorité locale a un rôle de cadrage des initiatives numériques pour qu’elles soient durables, efficaces et inclusives. Il s’agit d’abord de créer les conditions favorables à la génération de nouveaux outils au service des projets et politiques portés par l’autorité locale et propices à concrétiser une forme de construction de l’action municipale plus ouverte et partenariale.

La plupart des innovations dans les villes en développement émergent à l’heure actuelle du secteur privé ou de la société civile. Il semble dans un premier temps plus stratégique que l’autorité locale se positionne comme promoteur de l’innovation numérique (en intervenant aussi dans les priorités et les orientations année après année), facilitateur d’alliances et garant de l’intérêt général en soumettant aux acteurs tiers les défis rencontrés pour réfléchir à des solutions numériques.

Organiser et orienter les initiatives

  • Animer un écosystème et favoriser les synergies : les opportunités offertes par le numérique se révèlent parfois de manière inattendue, avec des effets en chaîne dans d’autres secteurs (par exemple, la cartographie numérique de quartiers précaires contribue à mieux planifier la ville, à prévenir les catastrophes naturelles, à développer des formes de participation citoyenne, à faciliter l’imposition, etc.). C’est aux autorités locales d’anticiper les externalités et effets croisés, et de les transformer en opportunités autour d’un objectif de développement défini conjointement.
  • Anticiper le passage à l’échelle : bien souvent, les solutions isolées, développés de manière fragmentée, peuvent rendre difficile l’intégration des données générées. Afin d’éviter une redondance d’efforts, humains, techniques et financiers, il est important de définir dès le départ un cadre commun et cohérent qui soit assez souple pour pouvoir intégrer progressivement de nouveaux développements. Il faut pour cela préparer dès le début la récupération des données brutes et des fichiers sources selon des standards prédéfinis.
  • Définir et adopter des normes et standards : le recours aux logiciels libres et la mise en place de données ouvertes permettent d’éviter des situations d’impasse où les informations générées par le numérique ne peuvent être partagées ou utilisées à d’autres fins. En parallèle, l’adoption d’une charte municipale définissant les principes du recours au numérique pour le développement urbain durable local peut inciter et orienter les initiatives par ailleurs autonomes.
Initiative

L’Urban Lab de « Paris&Co » : comment une ville oriente et stimule l’innovation sur son territoire
Paris, France

Des programmes d’expérimentation thématiques pour orienter et stimuler le prototypage de solutions par des jeunes entrepreneurs.

Paris&Co est l’agence de développement économique et d’innovation de Paris. Elle se spécialise sur les thématiques de l’attractivité et de l’innovation en vue de la création d’emplois et de valeur économique à Paris. L’Urban Lab est le laboratoire d’expérimentation urbaine de cette agence. Il a pour mission d’organiser et d’accompagner les projets d’expérimentations de solutions innovantes sur le territoire parisien, et d’aider ainsi les entreprises à tester leurs prototypes et services en situation réelle.

Paris&Co propose un micro-don et de l’accompagnement technique aux entrepreneur·es pour tester en conditions réelles, évaluer, et déployer ensuite.

Lancés en partenariat avec la ville de Paris une fois par an, des programmes explorent une thématique en sélectionnant une dizaine d’expérimentations à chaque édition. La ville a ainsi choisi d’expérimenter de manière thématique le mobilier urbain intelligent (2010-11), l’amélioration de la qualité de l’air (2017-2018), le commerce de proximité (2015-2016). Une évaluation, externalisée et réalisée par des spécialistes de l’évaluation, offre des enseignements globaux sur les leviers de réussite et freins à l’innovation sur cette thématique.

Fort de plus de dix programmes d’expérimentation lancés en partenariat avec la Ville de Paris depuis sa création en 2010, l’Urban Lab entretient des relations privilégiées avec les directions opérationnelles de la ville, comme avec les cabinets des adjoints à la maire.

http://urbanlab.parisandco.paris/

À retenir

  • Une ville s’engage pour l’innovation en définissant un thème par an et en finançant et accompagnant des lauréats sélectionnés sur appel à projets.
  • Une structure ad hoc est financée par la ville et quelques entreprises citoyennes du territoire.

Initier et cofinancer des pratiques différentes d’action collective

Les dispositifs spécifiques d’appui aux start-up Start-up Désigne une jeune entreprise à fort potentiel de croissance. Ces entreprises développent une idée, un produit, un modèle économique ou une technologie innovante et ambitieuse qu’elles se proposent de déployer très rapidement à très grande échelle. Elles ne sont pas forcément des entreprises technologiques. et autres tiers-lieux Tiers-lieux Correspondent aux environnements sociaux autres que le domicile et le travail. Ce sont espaces physiques où les individus peuvent se rencontrer, se réunir et échanger de façon informelle en répondant aux besoins d’une communauté présente. Chaque tiers-lieu a une personnalité qui lui est propre, en fonction de sa localisation et de la communauté qui y est présente. Les espaces de coworking sont ainsi des tiers lieux spécifiques. favorables à l’innovation numérique sont présentés en partie B dans le cadre des stratégies de développement économique local.

Initiative

Hackathon Hack Jozi Challenge
Johannesburg, Afrique du Sud

En Afrique du Sud, le développement des TIC est vu comme un levier d’amélioration de la productivité et de croissance verte dans un environnement urbain. En 2014, la Ville de Johannesburg a lancé un hackathon Hackathon Contraction de « hacker » (bidouiller) et « marathon ». Événement organisé sur une courte période où des développeurs, designers et entrepreneurs se réunissent autour d’un problème défini pour produire par équipe des propositions de solutions numériques. On parle de « datathon » quand l’exercice est réalisé autour de bases de données. pour susciter des idées innovantes dans des formats numériques pour résoudre les défis de la ville.

Il s’agit d’un programme de renforcement de capacités pour soutenir la création d’emploi et le développement entrepreneurial, particulièrement des petits business. Les dix participants lauréats sont sélectionnés à la suite d’une compétition pendant laquelle ils ont accès à du mentoring Mentoring Le mentorat en français est une relation de transmission, de transfert de savoirs, savoir-faire et savoir-être entre une personne qualifiée et d’expérience avec une autre qui souhaite renforcer ses compétences. Il peut s’effectuer de manière informelle ou dans le cadre d’un programme organisé, il s’inscrit dans le temps long et n’est a priori pas rémunéré. Le coaching est un peu différent : il s’agit plutôt d’accompagner la personne à trouver ses propres réponses dans une démarche personnelle. Le coach n’a pas nécessairement besoin d’être expert du projet. , à un soutien technique et à du networking. Le premier prix est de 1 million de rand (près de 70 000 euros), les deux suivants de 350 000 rand.

Cette initiative s’est développée en partenariat avec l’Université de Witwatersrand (Wits), le Joburg Centre for Software Engineering (JCSE) et l’École pour entrepreneurs Seed Academy.

http://hackjozichallenge.co.za/

À retenir

En créant l’opportunité d’un événement hackaton et de l’émulation par du financement d’amorçage, la ville de Johannesburg a contribué à dynamiser l’écosystème local des start-up Start-up Désigne une jeune entreprise à fort potentiel de croissance. Ces entreprises développent une idée, un produit, un modèle économique ou une technologie innovante et ambitieuse qu’elles se proposent de déployer très rapidement à très grande échelle. Elles ne sont pas forcément des entreprises technologiques. .

Questions clés

Définir son positionnement en fonction de ses ressources

Un inventaire des ressources techniques, humaines et financières disponibles et mobilisables pour l’autorité locale permet de voir quels types d’actions et de financements elle peut engager pour passer à l’échelle.

Faire une remarque aux auteursFaire une remarque aux auteurs

Imprimer

Partagez : Linkdin Google + Twitter Facebook